JOLIOT-CURIE (F.)


JOLIOT-CURIE (F.)
JOLIOT-CURIE (F.)

JOLIOT-CURIE FRÉDÉRIC (1900-1958)

Physicien français, né et mort à Paris. Ingénieur de l’École de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris, où il reçut l’enseignement de Paul Langevin, Jean Frédéric Joliot décide de se consacrer à la recherche scientifique et entre en 1925 à l’Institut du radium, dirigé par Marie Curie, dont il épouse, en 1926, la fille Irène. Enseignant à l’école d’électricité industrielle Charliat, il obtient son doctorat en 1930 (étude électrochimique des radioéléments).

Frédéric et Irène Joliot-Curie s’attaquent à l’étude du rayonnement pénétrant découvert en 1930 par Bethe et Becker, étude qui conduira à la découverte du neutron. À l’aide d’une source puissante de rayons 見, d’une chambre d’ionisation, puis d’une chambre de Wilson construite par Frédéric, le physicien et Irène Joliot-Curie observent un rayonnement capable d’éjecter des noyaux d’hydrogène, d’hélium et d’azote (janvier 1932). Un mois plus tard, James Chadwick, utilisant un amplificateur proportionnel, interprète ces résultats par l’existence de particules électriquement neutres, dont la masse est celle du noyau d’hydrogène, qu’il appelle des neutrons.

En 1933, bombardant l’aluminium et le bore au moyen de rayons X, les Joliot-Curie observent l’émission d’un neutron et d’un électron positif (déjà découvert en 1932 dans le rayonnement cosmique par Anderson, Blackett et Occhialini). L’interprétation du phénomène (1934) par la création de radiophosphore et de radio-azote se désintégrant par rayonnement 廓+ (seuls les rayonnements 見, 廓 et 塚 étaient alors connus) marque la découverte de la radioactivité artificielle, découverte qui leur vaut, en 1935, le prix Nobel de chimie.

Maître de conférences à la Sorbonne depuis 1934, F. Joliot-Curie est nommé, en 1937, professeur au Collège de France, Halban, Kowarski, Pontecorvo, Savel travaillent sous sa direction au laboratoire de chimie nucléaire. Outre la construction d’un accélérateur Van de Graaf de 1 MeV (1937) et la création du laboratoire de synthèse atomique d’Ivry, Joliot dirige la construction du cyclotron de 7 MeV du Collège de France, le premier d’Europe.

En 1938, à partir d’un résultat d’I. Joliot-Curie et de P. Savitch, O. Hahn et F. Strassmann montrent que l’uranium irradié par des neutrons conduit à la formation d’éléments plus légers. F. Joliot-Curie publie en janvier 1939 la preuve expérimentale de la fission des noyaux d’uranium et de thorium sous l’action d’un neutron, puis en mars 1939, avec Halban et Kowarski, celle de l’émission de plusieurs neutrons accompagnant la fission. La réaction en chaîne entre alors dans le domaine des réalisations possibles.

Les préoccupations de F. Joliot-Curie débordent cependant le cadre scientifique: dès 1934, il adhère au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, animé entre autres par Paul Langevin et le philosophe Alain. En 1939-1940, mobilisé, il poursuit, à la tête d’un groupe de recherches scientifiques, l’étude des réactions en chaîne et dépose avec Halban, Kowarski et J. Perrin des brevets sur la production et l’utilisation de l’énergie atomique, la propriété de ces brevets étant immédiatement transférée au C.N.R.S. (et ultérieurement au C.E.A.). Il obtient l’achat par la France du stock mondial d’eau lourde détenu par la Norvège, stock que Halban et Kowarski emporteront à Londres en juin 1940. Après l’armistice, refusant de quitter la France, il reprend la direction du laboratoire du Collège de France, partiellement occupé par les Allemands. Il participe en 1941 à la fondation du comité du Front national, où s’organise la lutte clandestine contre l’occupant, et adhère au Parti communiste. Le laboratoire de chimie nucléaire participe activement à la libération de Paris (1944).

Nommé directeur du Centre national de la recherche scientifique (1944), Joliot-Curie en entreprend la réforme. En 1945, il propose la création du Commissariat à l’énergie atomique (C.E.A.), chargé de promouvoir les recherches et développements industriels de l’énergie atomique, dont il est nommé haut-commissaire. Relevant de la présidence du Conseil, cet organisme civil est doté du statut industriel et commercial. Sous la direction de Joliot-Curie se développent la prospection de l’uranium en France et l’installation des laboratoires du fort de Châtillon; une première pile expérimentale (Zoé) diverge le 15 décembre 1948. La construction du centre de Saclay et celle de piles plus puissantes sont entreprises. Dans le climat de guerre froide qui règne alors, Joliot-Curie, président depuis 1949 du Mouvement mondial de la paix, exprime publiquement son hostilité à la fabrication éventuelle d’armes nucléaires. Le gouvernement le révoque de ses fonctions au C.E.A. en 1950. Il est le premier signataire de l’appel de Stockholm (1950) exigeant l’interdiction de l’arme atomique et qui devait recueillir 500 millions de signatures.

En 1956, après la mort d’Irène, Frédéric Joliot-Curie, toujours professeur au Collège de France, lui succède comme professeur à la faculté des sciences de Paris et directeur de l’Institut du radium, et poursuit la réalisation du laboratoire de physique nucléaire d’Orsay. Membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine, F. Joliot-Curie était commandeur de la Légion d’honneur à titre militaire et décoré de la croix de guerre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Joliot-Curie —   [ʒɔl joky ri],    1) Irène, französische Physikerin, * Paris 12. 9. 1897, ✝ ebenda 17. 3. 1956, Tochter von Marie und P. Curie, Ȋ (seit 1926) mit 2); war seit 1918 als Assistentin an dem von ihrer Mutter geleiteten Institut du radium in Paris.… …   Universal-Lexikon

  • Joliot-curie — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Le nom de Joliot Curie est celui de trois personnalités : Frédéric Joliot Curie (1900 1958), physicien français (époux de Irène Joliot… …   Wikipédia en Français

  • Joliot Curie — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Le nom de Joliot Curie est celui de trois personnalités : Frédéric Joliot Curie (1900 1958), physicien français (époux de Irène Joliot… …   Wikipédia en Français

  • Joliot-Curie — may refer to more than one person:* Frédéric Joliot Curie * Irène Joliot Curie his wife …   Wikipedia

  • Joliot-Curie — ist der Familienname folgender Personen: Frédéric Joliot Curie (1900–1958), französischer Physiker Irène Joliot Curie (1897–1956), französische Chemikerin Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Untersche …   Deutsch Wikipedia

  • Joliot-Curie — [zhō̂ lyō kü rē′] 1. (Jean) Frédéric [frā dā rēk′] (born Jean Frédéric Joliot) 1900 58; Fr. nuclear physicist 2. Irène [ē ren′] (born Irène Curie) 1897 1956; Fr. nuclear physicist: wife of Frédéric & daughter of Pierre & Marie Curie …   English World dictionary

  • Joliot-Curie — (izg. žoliȍ kirȉ), Irène (1897 1956) DEFINICIJA francuska fizičarka (kći Marije i Pierrea Curie), ona i suprug Jean Frédéric Joliot otkrili umjetnu radioaktivnost; dobitnici Nobelove nagrade za fiziku 1935 …   Hrvatski jezični portal

  • Joliot-Curie — Frédéric …   Scientists

  • Joliot Curie — Joliot Curie, Irène …   Enciclopedia Universal

  • Joliot-Curie —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Pour les articles homonymes, voir Curie. Patronyme Le nom de Joliot Curie est celui de trois personnalités : Frédéric Joliot Curie… …   Wikipédia en Français